Protection ultime des lanceurs d’alerte pour la dénonciation des fautes graves

Cas réel SpeakUp®

Étude de cas d’un signalement de faute grave

Les préoccupations des employés pour leur bien-être personnel créent des obstacles au signalement des fautes graves. Cette organisation va au-delà de l’anonymat pour protéger ses employés signalant des fautes graves.

Harald est un employé administratif au service des finances de la division turque d’une multinationale industrielle. Le siège social de l’entreprise est situé en Allemagne. Harald travaille dans l’entreprise depuis de nombreuses années et est devenu un expert dans son domaine. Il reconnaît les transactions très rapidement et est capable d’identifier les transactions, qu’elles soient nouvelles, régulières ou différentes. Il est également ami avec des collègues d’autres services qui l’informent de l’évolution de leur service.

À un certain moment, Harald a remarqué que, bien que certaines des transactions semblaient ordinaires, elles ne correspondaient pas aux informations que ses collègues lui avaient fournies. Après s’être penché de plus près sur ces transactions, Harald a découvert d’autres incohérences. Celles-ci impliquaient certaines personnes plus haut dans la hiérarchie de l’organisation. Lorsqu’il a entendu des commentaires de collègues d’autres services sur la manière dont ces personnes avaient changé leurs habitudes en matière de dépenses, Harald a estimé qu’il ferait bien de signaler ses préoccupations. La sensibilité de ses préoccupations et la peur des représailles l’ont fortement dissuadé d’agir. Cependant, le fait de pouvoir effectuer un signalement anonyme directement auprès du siège de l’organisation l’a aidé à prendre sa décision d’aller de l’avant et de parler.

« Le fait de pouvoir effectuer un signalement anonyme directement auprès du siège de l’organisation l’a aidé à prendre sa décision. »

Le siège de l’organisation a décidé d’enquêter sur le cas. Une extrême prudence a été prise pour ne pas avertir les employés locaux qui étaient peut-être impliqués. Le siège social a été rapidement convaincu que cela pouvait être un cas grave représentant seulement la partie visible de l’iceberg, après plusieurs interactions avec Harald par le biais du système de dénonciation SpeakUp. Afin de gérer le dossier comme un cas grave, l’entreprise avait besoin de communiquer avec l’employé anonyme pour obtenir suffisamment d’informations justifiant ce type d’enquête. C’est là que le logiciel de dénonciation SpeakUp de People Intouch s’est avéré utile. Une équipe d’audit interne a été envoyée en Turquie pour enquêter sur l’affaire. Le calendrier d’audit interne a été modifié pour que l’enquête puisse passer pour un audit ordinaire. La découverte des premiers faits compromettants a fourni une base encore plus solide pour de nouvelles enquêtes plus approfondies.

Le siège social a par la suite informé Harald que l’équipe d’audit avait rassemblé suffisamment de preuves et que celle-ci supprimerait toute référence de ses dossiers faisant allusion au signalement ayant motivé l’enquête.

« Toute référence faisant allusion au signalement ayant motivé l’enquête a été retirée des dossiers. »

Ce système offre une protection ultime pour les lanceurs d’alerte. Non seulement Harald a pu rester anonyme, mais le fait qu’un signalement avait été effectué a été effacé des dossiers. À notre avis, cette entreprise a parfaitement compris comment gérer les signalements de fautes graves. À savoir : résoudre et corriger les problèmes plutôt que se concentrer sur les lanceurs d’alerte.

Échangez avec nos experts

Möchten Sie mehr erfahren, Ideen austauschen oder Meinungen teilen?

Contactez-nous

Share this page